Gabon/Politique : Le docteur Désiré MOUNANGA candidat à la présidentielle pour mettre fin aux crimes rituels.

Jonas MOUKALA | 19-Juin-2022 | 0



Libreville, 19 juin 2022. Le révérend docteur Désiré MOUNANGA a annoncé ce week-end, son intention d’être candidat à la présidentielle de 2023. Une décision motivée entre autres, par son désir […]

Libreville, 19 juin 2022.

Le révérend docteur Désiré MOUNANGA a annoncé ce week-end, son intention d’être candidat à la présidentielle de 2023. Une décision motivée entre autres, par son désir de mettre fin au phénomène de crimes rituels qui écorne l’image du pays.

Un autre homme d’église, après l’évêque Mike GOCKTANE, à se porter candidat à la présidentielle de 2023. Il s’agit du révérend docteur Désiré MOUNANGA de l’alliance chrétienne et missionnaire du Gabon.  Comme en 2016, il a annoncé ses couleurs lors d’une conférence de presse. Le prétendant au fauteuil présidentiel  a de ce fait, décliné sa vision essentiellement axée sur la ” bonocratie “, notamment sur la justice divine et ancestrale.

«Nous voulons que dans ce pays, chaque dirigeant, chaque homme politique ou chaque administrateur, puisse exercer sa fonction sous la crainte de Dieu. Nous devons avoir une compassion pour notre prochain et pour notre pays.», a déclaré le révérend docteur Désiré MOUNANGA. Avant de promettre de s’attaquer à lancinante question de crimes rituels, une fois élu.  «Lorsque nous allons instaurer cette nouvelle gouvernance c’est-à-dire la ” bonocratie “, nous mettrons fin à tout ce qu’il y a comme crimes rituels.», a ajouté l’homme de Dieu. Celui-là même qui ne comprend pas qu’un criminel arrêté aujourd’hui se retrouve dehors dans un mois. Tout ceci parce que la justice est rendue selon les normes qui n’ont rien à avoir avec le Gabon.

«Nous allons faire copie collée d’une juridiction française qui est bonne pour les Français, mais totalement inadéquate  aux réalités des gabonais.», a poursuivi le candidat. Il entend aussi revaloriser la fonction présidentielle. Car le chef de l’Etat est puissant au Gabon mais faible à l’international. Il entend aussi redonner de la valeur à celle du premier ministre. Celui-ci ne sera plus nommé par le chef de l’Etat, mais il sera l’émanation des parlementaires.

En filigrane, le révérend docteur MOUNANGA milite pour un système ancestro-présidentiel et parlementaire. Il sera encadré par la démocratie libérale, par l’économie de marché et s’appuiera sur la crainte de Dieu. Ainsi en appelle-t-il au ralliement des gabonais à sa cause.

Please follow and like us:
Pin Share

Partagez sur
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
YouTube