Gabon/Economie :Le ministre MANFOUMBI à l'écoute des commerçants du marché Mont bouet.

Jonas MOUKALA | 9-Juin-2022 | 0



Libreville, 09 juin 2022. Le ministre du commerce et des petites et moyennes entreprises Yves  Fernand MANFOUMBI a rencontré ce jeudi les syndicats des commerçants pour les écouter et recueillir […]

Libreville, 09 juin 2022.

Le ministre du commerce et des petites et moyennes entreprises Yves  Fernand MANFOUMBI a rencontré ce jeudi les syndicats des commerçants pour les écouter et recueillir leurs doléances. Occasion pour Suzanne DIKAMBI, une des responsables, d’évoquer les dérapages liés à l’opération libérer les trottoirs.

Yves Fernand MANFOUMBI poursuit ses contacts avec les entités sous sa tutelle. Le membre du gouvernement a, de ce fait, échangé avec les leaders syndicaux des commerçants sur les préoccupations qui sont les leurs. Entre autres, les dérapages liés à l’opération libérer les trottoirs. «Le plus dur, c’est maintenant Iveco. Le gouvernement avait décidé de nous casser sur la route. Il n’avait pas bien renseigné le président de la république. Nous n’avons pas de marché. Il y a même un Maire qui s’est permis de déclarer à la télévision qu’il y avait 450 places au marché  Mont bouet alors qu’il y en a que 200.», a indiqué la présidente du syndicats des commerçants. Ce qui est insignifiant pour un marché qui regorge 8500 opérateurs économiques y  compris les vendeurs à la sauvette. Preuve patente que le Maire ne maitrise pas les statistiques  à Mont bouet et même dans d’autres marchés comme celui de Nzeng-Ayong où l’on dénombre 2000 commerçants et Oloumi 1000, estime Suzanne DIKAMBI qui évalue les saisies de ce jeudi 9 juin à environ 4 milliards de francs CFA.

Des doléances dont le ministre du commerce a pris bonne note et dont il souhaite la réunion de tous les acteurs  autours d’une table

«Je comprends que les préoccupations soulevées par la présidente du syndicat sont importantes. Car elle obèrent l’activité économique de ces derniers. Je prends bonne note. Tout comme cela rentre dans le dossier que mes collègues m’ont partagé, à savoir le problème de barrières non tarifaires. Car je suis informé que lorsqu’un commerçant décide d’aller s’approvisionner au sud, au nord, au centre, il est souvent confronté à un ensemble de difficultés liées aux barrières, et à chaque passage, il est tenu de débourser une somme. Et arrivé sur place, il y a une pression qui s’exerce sur le commerçant. Cette situation est connue, mais tous ensemble, nous devons nous asseoir autour d’une table pour envisager des solutions possibles.», a déclaré Yves Fernand MANFOUMBI  qui se considère comme l’avocat des commerçants auprès du gouvernement.

La visite de ce jour a été aussi l’occasion pour le membre du gouvernement de s’imprégner du fonctionnement de la maison du commerçant inaugurée en septembre 2021. Et considérée comme un cadre d’échange entre la tutelle et les organisations syndicales sur les questions comme celles liées à la lutte contre l’informel.

Please follow and like us:
Pin Share

Partagez sur
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
YouTube