Gabon / Communication : la presse privée pourchassée par les impôts, si l'on en croit l'U.P.P.I.G.

Marie Ange REDOMBINA YENO | 23-Juin-2022 | 0



Libreville le 23.06.2022 VTC –
L’ U.P.P.I.G, l’union des patrons de la presse indépendante est montée au créneau ce mercredi 22 juin pour dénoncer le fait que les services des impôts pourchassent les entreprises de presse privée. Par allusion à l’opération de gel de comptes bancaires enclenchée par ces derniers.

“nous avons comme l’impression que nous sommes pourchassés par les impôts. Nous avons reçu un certain nombre d’agents vérificateurs dans nos locaux et nous avons discuté avec eux. Nous leur avons présenté la situation réelle de la presse privée gabonaise. Nous avons pris le soin de leur expliquer que la presse indépendante n’avait pas d’argent et que le secteur de la communication dans sa globalité se portait mal.”, A indiqué Stive Roméo MAKANGA, secrétaire général et porte-parole de l’U.P.P.I.G, à l’issue de la réunion de concertation tenue au siège du p.k 8. Avant de poursuivre <<malheureusement, nous avons eu des informations dernièrement qu'il ya des banques qui ont reçu un listing d'organes privés comme quoi, il fallait adresser aux services des impôts des relevés de comptes ou alors qu'il fallait bloquer momentanément les comptes de ces derniers.". Une démarche jugée quelque peu illégale par les membres de de l'union des patrons de la presse indépendante."Si les impôts souhaitent avoir tous les documents en rapport avec ces entreprises de presse, ils appelleraient simplement leur patrons, pour leur fournir ces documents, les relevés d'identité bancaire et tout le reste.", S'est indigné Stive Roméo MAKANGA.

le porte_parole de l'U.P.P.I.G qui fustige les méthodes informelles attire ainsi l'attention du directeur général des impôts sur le fait que la presse n'a pas d'argent. Et que si ses services veulent se faire du pactole, il ya des entreprises majeures dans ce pays qui sont en situation de monopole et qui ne reversent rien à l'Etat.

La presse indépendante qui a déjà trop souffert de la crise sanitaire liée à la lutte contre la COVID-19 a besoin du soutien des pouvoirs publics et non d'être pourchassée. Tout récemment, la H.A.C, haute autorité de la communication a failli aussi tenter de l'asphyxier. En l'appelant à payer la redevance audiovisuelle. C'est grâce à l'intervention personnelle du chef de l'Etat qu'elle a échappé, rappellent les membres de l'U.P.P.I.G pour qui, le directeur général des impôts a frappé à la mauvaise porte.

Please follow and like us:
Pin Share

Partagez sur
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
YouTube